Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
QUI EST QUI ?
Comment faire de la publicité sur Abidjan.net ?

Accueil
Qui est Qui ?
Archives
Profil

Archives

Nelson MANDELA
1er président de la République d`Afrique du Sud
Fiche d'identité

NelsonMANDELA

Nom: Nelson MANDELA
Occupation: 1er président de la République d`Afrique du Sud
Photos





Comment faire de la publicité sur Abidjan.net?
Biographie

Nelson Rolihlahla Mandela, dont le nom du clan tribal est « Madiba », né le 18 juillet 1918 à Mvezo (Union d`Afrique du Sud) a été l`un des dirigeants historiques de la lutte contre le système politique d`apartheid avant de devenir président de la République d`Afrique du Sud de 1994 à 1999, à la suite des premières élections nationales non raciales de l`histoire du pays. Il est mort à l`ậge de 95 ans, le 05 décembre 2013.

Nelson Mandela entre au Congrès national africain (ANC) en 1944, afin de lutter contre la domination politique de la minorité blanche et la ségrégation raciale menée par celle-ci.

Devenu avocat, il participe à la lutte non violente contre les lois de l`apartheid, mises en place par le gouvernement du Parti national à partir de 1948.
L`ANC est interdit en 1960, et la lutte pacifique ne donnant pas de résultats tangibles, Mandela fonde et dirige la branche militaire de l`ANC, Umkhonto we Sizwe, en 1961, qui mène une campagne de sabotage contre des installations publiques et militaires.
Le 12 juillet 1963, il est arrêté par la police sud-africaine sur indication de la CIA, puis est condamné à la prison et aux travaux forcés à perpétuité lors du procès de Rivonia.
Dès lors, il devient un symbole de la lutte pour l`égalité raciale et bénéficie d`un soutien international croissant.
Après vingt-sept années d`emprisonnement dans des conditions souvent très dures, Mandela est relâché le 11 février 1990, et soutient la réconciliation et la négociation avec le gouvernement du président Frederik de Klerk. En 1993, il reçoit avec ce dernier le prix Nobel de la paix pour avoir conjointement et pacifiquement mis fin au régime d`apartheid et jeté les bases d`une nouvelle Afrique du Sud démocratique.
Après une transition difficile où de Klerk et lui évitent une guerre civile entre les partisans de l`apartheid, ceux de l`ANC et ceux de l`Inkhata à dominante zoulou, Nelson Mandela devient le premier président noir d`Afrique du Sud en 1994. Il mène une politique de réconciliation nationale entre Noirs et Blancs ; il lutte contre les inégalités économiques, mais néglige le combat contre le sida, en pleine expansion en Afrique du Sud. Après un unique mandat, il se retire de la vie politique active, mais continue à soutenir publiquement le Congrès national africain tout en condamnant ses dérives.
Impliqué par la suite dans plusieurs associations de lutte contre la pauvreté ou le sida, élevé au rang de patrimoine commun de l`humanité, il demeure une personnalité mondialement écoutée au sujet des droits de l`homme et est salué comme le père d`une Afrique du Sud multiraciale et pleinement démocratique, qualifiée de « nation arc-en-ciel ».

Distinctions et publications

En 1993, il reçoit avec ce dernier le prix Nobel de la paix pour avoir conjointement et pacifiquement mis fin au régime d`apartheid et jeté les bases d`une nouvelle Afrique du Sud démocratique.

citations fortes de Nelson Mandela

« En faisant scintiller notre lumière, nous offrons aux autres la possibilité d`en faire autant. » Citation de Nelson Mandela, Extrait du Discours d’investiture - 10 mai 1994 « Aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succès. » Citation de Nelson Mandela, Extrait du Discours d’investiture - 10 mai 1994 « J`ai appris que le courage n`est pas l`absence de peur, mais la capacité de la vaincre. » Citation de Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté, 1994 « Il est difficile d`expliquer à quelqu`un qui a les idées étroites qu`être "éduqué" ne signifie pas seulement savoir lire et écrire et avoir une licence, mais qu`un illétré peut être un électeur bien plus "éduqué" que quelqu`un qui possède des diplômes. » Citation de Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté, 1994 « Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de la haine, des préjugés et de l`étroitesse d`esprit. » Citation de Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté, 1994 « Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu`un d`autre de sa liberté. L`opprimé et l`oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité. » Citation de Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté, 1994 « La politique peut être renforcée par la musique, mais la musique a une puissance qui défie la politique. » Citation de Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté, 1994 « Pour faire la paix avec un ennemi, on doit travailler avec cet ennemi, et cet ennemi devient votre associé. » Citation de Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté, 1994 « Etre libre, ce n`est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c`est vivre d`une façon qui respecte et renforce la liberté des autres. » Citation de Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté, 1994

Les derniers instants d`un grand homme

En 2013 Nelson Mandela a été hospitalisé quatre fois depuis décembre, à chaque fois pour des récidives d`infections pulmonaires. Ces problèmes de santé pourraient être liés à une tuberculose contractée sur l`île-prison de Robben Island, au large du Cap, où il a été détenu dix-huit ans lors de sa lutte contre l`appartheid. Son état sanitaire s`aggrave aux mois de mai et surtout juin. Selon CBS, Nelson Mandela a dû être "ressuscité" à son arrivée à l`hôpital. Son foie et ses reins ne fonctionneraient alors qu`à 50 % et il « ne réagit plus » et « n`a pas ouvert les yeux depuis des jours ». Nelson Mandela fête le 18 juillet ses 95 ans.

Prison de Pollsmoor et premières négociations

En mars 1982, Mandela est transféré, en compagnie des principaux dirigeants de l`ANC à la prison de Pollsmoor87, dans la banlieue du Cap. S`il a été envisagé un moment que ce transfert avait été réalisé afin d`éloigner ces dirigeants de la nouvelle génération de Noirs emprisonnés à Robben Island, surnommée l`« université Mandela »23, le ministre de la Justice Kobie Coetsee a dit au contraire que ce transfert avait été accompli afin de pouvoir établir un contact discret entre eux et le gouvernement sud-africain96. Pendant les années 1980, le MK relance la guérilla, occasionnant la mort de nombreux civils49,97 : tentative de sabotage de la centrale nucléaire de Koeberg98, poses de mines anti-personnel dans le Northern et Eastern Transvaal tuant une vingtaine de personnes dont des enfants à Chatsworth dans le district de Messina99, attentat à la bombe à Pretoria tuant dix-sept personnes100, dans un centre commercial à Amanzimtoti tuant cinq personnes dont trois enfants101,102ou encore dans un bar de Durban103. Dans l`autre camp, un escadron de la mort comme la Vlakplaas, créé pour éliminer les opposants au gouvernement de l`apartheid, commet plus d`une centaine de crimes, incluant meurtres, tortures et fraudes104. Un autre escadron de la mort comme le Civil Cooperation Bureauétend ses opérations jusqu`en Europe et assassine des militants de l`ANC, dont Dulcie September en France en 1988105. En février 1985, le président Pieter Willem Botha offre à Nelson Mandela, contre l`avis de ses ministres, la liberté conditionnelle en échange d`un renoncement à la lutte armée106. Mandela rejette l`offre, disant dans un communiqué transmis par sa fille Zindzi : « Quelle liberté m`est offerte alors que l`organisation du peuple demeure interdite ? Seuls les hommes libres peuvent négocier. Un prisonnier ne peut pas faire de contrat. »96. La même année, Botha abolit les lois sur les laissez-passer et les mariages mixtes. Mais cela est considéré comme trop timide par Nelson Mandela qui réclame toujours avec l’ANC clandestin « un homme, une voix »37. La première rencontre entre Nelson Mandela et le gouvernement a lieu en novembre 1985 : le ministre de la Justice, Kobie Coetsee, rencontre Mandela à l`hôpital Volks au Cap, où il est opéré de laprostate107. Au cours des quatre années suivantes, une série de rencontres pose les bases pour de futures négociations, mais aucun progrès réel n`est réalisé96. Sa dernière prison en 1986 est une villa avec piscine dans le périmètre du centre pénitentiaire de Paarl. Il est en partie libéré le 7 décembre 1988 et mis en résidence surveillée. Pendant toute la durée de l`emprisonnement de Nelson Mandela, la pression locale et internationale sur le gouvernement sud-africain se fait toujours plus forte109. En 1985, il est le premier lauréat du prix Ludovic-Trarieux pour son engagement en faveur des droits de l`homme. Comme il est en captivité, c`est sa fille qui reçoit le prix en son nom. En juin 1988 a lieu le concert hommage des 70 ans de Nelson Mandela à Wembley, regardé par six cents millions de téléspectateurs dans soixante-sept pays, qui expose au niveau mondial la captivité de Mandela et l`oppression de l`apartheid, et qui, selon l`ANC, force le régime sud-africain à libérer Mandela plus tôt que prévu. En 1989, alors que l`état d`urgence règne depuis quatre ans69, Nelson Mandela écrit à Pieter Botha, et tout en précisant que « la question de [sa] libération n’en est pas une », « face au spectre d’une Afrique du Sud coupée en deux camps hostiles se massacrant mutuellement », il veut faire négocier « les deux principales organisations du pays », le gouvernement et l`ANC. Il détermine les principaux points à traiter : « Premièrement, la revendication de la règle de la majorité dans un État unitaire, deuxièmement, les inquiétudes de l’Afrique du Sud blanche face à cette demande. » Ils ont un entretien le 5 juillet 1989 dans la résidence de Botha. Cette même année, à la suite d`un accident vasculaire cérébral, Botha est remplacé par Frederik de Klerk à la tête du gouvernement. Le 15 octobre 1989, de Klerk libère sept dirigeants de l’ANC, dont Walter Sisulu, qui ont chacun passé vingt-cinq ans en prison. En novembre, Nelson Mandela dit de de Klerk qu`il est « le plus sérieux et le plus honnête des leaders blancs » avec qui il ait pu négocier. De Klerk annonce la libération de Nelson Mandela en février 1990 au cours d`un discours prononcé au Parlement.

Informations supplémentaires

Nelson Mandela est emprisonné dans l`île prison de Robben Island, sous le numéro de matricule 46664, où il reste dix-huit de ses vingt-sept années de prison. En prison, sa notoriété s`étend au niveau international. Sur l`île, il effectue des travaux forcés dans une carrière de chaux. Les prisonniers y sont victimes dekératite, due à la poussière et à la lumière ; Mandela doit d`ailleurs plus tard se faire opérer de ce fait du canal lacrymonasal. Les prisonniers échangent néanmoins leurs connaissances dans ce qui devient « l`université Mandela », parlant aussi bien politique que de William Shakespeare, Nelson Mandela récitant et enseignant le poème Invictus (Invaincu) de William Ernest Henley afin de les encourager11. Quand ils ne vont pas à la carrière, Mandela et les autres détenus cassent des cailloux dans une des cours de la prison avec des cadences éprouvantes.
Les conditions de vie dans la prison sont très rudes. Les prisonniers sont séparés selon leur couleur de peau, les prisonniers noirs recevant les plus petites rations. Les prisonniers politiques, dont fait partie Nelson Mandela, sont séparés des criminels de droit commun et ont encore moins de droits86. Mandela étant un prisonnier de classe D (la plus basse classe), il n`a droit qu`à un visiteur et une lettre tous les six mois. Cette lettre a souvent été retardée durant une longue période et rendue illisible par la censure de la prison5. Il se lave avec de l`eau de mer froide et dort dans une cellule minuscule.
Mais si Robben Island est un lieu pour briser la volonté des prisonniers, celle de Mandela semble se renforcer dans la détention88. Selon le témoignage d`Amhed Kathrada, un de ses codétenus, Mandela n`accepte aucun traitement de faveur, que ce soit pour le travail ou les vêtements, et mène toutes les actions de contestation avec les autres prisonniers, dont desgrèves de la faim. Il refuse par exemple d`appeler les gardes sous le nom de baas (patron) comme ils l`exigent.
Alors que beaucoup de prisonniers les plus militants du Congrès panafricain refusent de parler ou même regarder les gardiens, Mandela essaye d`analyser la situation et perçoit que les Afrikaners sont surtout dirigés par la peur que la majorité noire refuse de partager le pouvoir et fasse d`eux et de leur famille les victimes d`une révolution sanglante90. Nelson Mandela profite de ces années pour apprendre l`histoire des Afrikaners et leur langue, l`afrikaans, afin de comprendre notamment leur mentalité et d`établir un véritable dialogue avec eux. Défiant le point de vue de l`ANC, qui considérait alors le pouvoir afrikaner comme une version moderne du colonialisme européen, il en vient lui-même à estimer et déclarer que l`Afrikaner est un Africain au même titre que n`importe lequel de ses codétenus noirs91, songeant que, à leur place et dans d`autres circonstances, il aurait pu avoir la même vue sur l`apartheid. Cette compréhension des Afrikaners lui donne l`esprit de réconciliation nécessaire aux futures négociations11.
Dans ses mémoires, publiées en 1981, l`agent secret Gordon Winter dévoile son implication dans un complot pour faire évader Mandela en 1969 : le groupe des comploteurs avait été infiltré par Winter pour le compte du gouvernement sud-africain. Celui-ci voulait que Mandela s`échappe pour qu`il puisse ensuite être abattu pendant la poursuite. Le complot avait été déjoué par les services secrets britanniques92. En 1971, au bout de sept ans, il quitte la carrière de chaux et est transféré au ramassage du guano. Le 6 décembre de la même année, l`Assemblée générale des Nations unies en séance plénière déclare l`apartheid crime contre l`humanité93.
Au début de l`année 1976, il reçoit pour la première fois la visite d`un membre du gouvernement sud-africain. Le ministre des prisons, Jimmy Kruger, vient lui proposer une libération à condition qu`il se fixe au Transkei, alors dirigé par Kaiser Matanzima, neveu de Mandela condamné par celui-ci pour son soutien passif à l`apartheid. Mandela refuse, fait part de ses revendications et pose la question de sa libération en invoquant au passage l`histoire de plusieurs héros de la cause nationaliste afrikaner, un temps eux-mêmes condamnés pour haute trahison puis finalement rapidement graciés94. Il décline même toute rencontre avec Matanzima de peur que cela légitime les bantoustans auprès de la communauté internationale.
Le 16 juin 1976 éclatent les émeutes de Soweto, nouvelle étape dans la contestation et la répression. En septembre 1977, Steve Biko, fondateur du Mouvement de conscience noire meurt torturé en prison par la police. En octobre, le Conseil de sécurité des Nations unies avec la résolution 417 « condamne vigoureusement le régime raciste sud-africain » et demande la libération de « toutes les personnes emprisonnées au titre de lois arbitraires sur la sûreté de l`État […] et pour leur opposition à l`apartheid ». En novembre, avec la résolution 418, il impose un embargo sur les ventes d`armes à destination de l`Afrique du Sud82. Nelson Mandela ainsi que d`autres militants sont placés en isolement carcéral, où radio et journaux sont interdits ou censurés. En 1979, il revoit, après quinze ans, sa deuxième femme, Winnie, qui subit aussi la prison ou l`assignation à résidence37.
Pendant son emprisonnement, Mandela étudie par correspondance à l`université de Londres via son programme externe, et reçoit un diplôme de bachelor of Laws. Il est même présélectionné pour le titre dechancelier de cette université, mais s`incline face à la princesse Anne du Royaume-Uni95.

Fiche d'identité

NelsonMANDELA

Nom: Nelson MANDELA
Occupation: 1er président de la République d`Afrique du Sud
Photos





Comment faire de la publicité sur Abidjan.net?
Profil au hasard
 MME SADAKO OGATA

 MME SADAKO OGATA

Patronne de la JICA (Agence Japonaise d`aide au developement)

Mme Sadako Ogata a assumé le bureau en tant qu`un des Co-chaises de la Commission sur la sécurité humaine 1 juin 2001, avec professeur Amartya Sen. To
Lire biographie...