Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
QUI EST QUI ?
Comment faire de la publicité sur Abidjan.net ?

Accueil
Qui est Qui ?
Musique
Profil

Musique

Yoro Diallo
ARTISTE DU WASSOULOU
Fiche d'identité

Yoro Diallo

Nom:  Yoro Diallo
Occupation: ARTISTE DU WASSOULOU
Comment faire de la publicité sur Abidjan.net?
Biographie

YORO DIALLO "CEKOROBANI ", ARTISTE DU WASSOULOU
Le talent engagé

Virtuose du kamelen n’goni, inspiré compositeur et interprète à la voix chaleureuse, Yoro Diallo dit "Cièkorobani" (lire Tièkorobani) est aujourd’hui une référence pour les artistes du Wassoulou, sa contrée natale. Rares sont aujourd’hui ces célébrités du "Was" (chants et rythmes du Wassoulou) qui résistent à la tentation de piocher dans son riche répertoire.
"Parmi les artistes du Wassoulou, certains peuvent dire qu’ils ont plus de succès et de notoriété que moi. D’autres diront qu’ils sont plus fortunés que moi. Mais, aucun d’eux ne peut honnêtement soutenir qu’il est plus talentueux que moi ou qu’il ne me doit rien", défie Yoro pour situer sa place dans la musique du Wassoulou.
Et il vous cite, pêle-mêle, Oumou Sangaré, Ramata Diakité, Samba Diallo, Seydou Camara (Paix à son âme). Beaucoup ont puisé soit un rythme, une mélodie ou un pas de danse dans son répertoire. Un riche répertoire constitué a force de travail et de recherche. Mieux, beaucoup de jeunes révélations du "Was" sont passées par son école, surtout au kamelen n’goni. Et cela est un grand motif de fierté pour cet artiste à la fois craint et détesté dans ce milieu.
Il doit son surnom « Cièkorobani (le petit vieux) », à sa sagesse précoce. "A mes débuts dans la chanson, mes thèmes étaient si pertinents et si évocateurs et provocateurs qu’ils surprenaient les personnes âgées. Elles disaient donc que j’étais plus vieux que mon âge parce que je m’exprimais comme un vieillard", explique l’adulte précoce. Cette sagesse lui a surtout permis de savoir rapidement que son destin était lié à la musique. Et, très tôt, il s’est intéressé au kamelen n’goni, un luth traditionnel à six cordes. Un instrument dont il fera de la promotion internationale sa principale mission. "Avant moi, il y a eu des gens comme Allata Broulaye (Paix à son âme) qui ont donné une certaine popularité au kamelen n’goni. Mais, je pense avoir été le premier à l’accorder avec les instruments modernes", soutien-t-il. Cette mission, il va la mener de Wassala (son village natal situé à 15 Km de Yanfolila) à Abidjan en passant par Bamako.

Succès inimaginable
Et aujourd’hui, le kamelen n’goni est devenu un instrument presque incontournable dans la musique malienne. Et Yoro Diallo y est pour quelque chose. "Personne ne pouvait imaginer que le kamelen n’goni pouvait connaître un succès mondial au point d’éclipser des instruments traditionnels mythiques comme le Donso n’goni", explique le virtuose. Mais, ce succès lui a valu beaucoup d’adversité et souvent d’animosité dans le cercle des joueurs de Donso n’goni et d’autres artistes qui se sont vus éclipser par le talent de ce jeune ambitieux.

Prolifique discographie
Cette mission a surtout été facilitée par le génie de Yoro dans la composition et dans l’arrangement. Ce qui fait qu’il n’a à son actif que des albums à succès. A commencer par "Bèmankan", le premier de la série sortie au début des années 90, et "Le retour de Yoro" le dernier-né l’année dernière et qui connaît toujours un succès phénoménal. "Le premier album m’a réellement lancé dans le show biz. Et celui qui vient de sortir confirme ma place de ténor dans le Wassoulou", précise l’As du kamelen n’goni.
Ce talent incontesté dispose aujourd’hui d’une discographie riche de huit albums dont deux œuvres en duo avec Ténin Sidibé (sa première épouse, paix à son âme) et Samba Diallo (son frère cadet).

Expérience à partager
"Mon souhait est de partager mon expérience et mes connaissances avec tous ceux qui m’admirent. D’autant plus que c’est moi qui gagne le plus parce qu’ils m’apportent toujours un plus pouvant m’enrichir", estime-il à propos de ce genre d’échanges sur les albums.
Ce qui vient battre en brèche les allégations d’égoïsme que certains tente de lui coller. Après le somptueux "Badenya", Yoro annonce pour bientôt un autre album avec Samba Diallo, son cadet. Engagement sans failles Cièkorobani sait pertinemment que beaucoup le détestent aujourd’hui et font courir toutes sortes de rumeurs pour ternir son image. Ce qui n’est pas surprenant pour qui connaît l’homme ou a eu le privilège de causer avec lui. Cièkorobani n’a pas la langue dans la poche et n’hésite pas à dire au micro ce que les autres murmurent.
Et il l’a démontré lors de la récente visite du Chef de l’Etat (15 avril 2004), Amadou Toumani Touré, à Yanfolila, la capitale du Wassoulou. "J’ai fait comprendre à ATT que venir au Wassoulou est un véritable calvaire en toute saison. Et nous sommes fréquemment coupés du monde parce que la localité ne dispose pas de téléphone. Bref, le Wassoulou manque d’infrastructures adéquates pour mettre en valeur ses immenses potentialités agro-minières", explique-t-il. Des messages contenus dans le nouvel album, "Wassolon Sira", de Djagawara Sali (son épouse) bientôt disponible sur le marché. Il ajoute avoir dit au président de la République, "tu as brigué la présidence parce que tu étais conscient de la confiance des citoyens. Et ceux-ci te l’ont réaffirmé en t’élisant. Mais, cette confiance se mérite en partageant les préoccupations des populations...".

Préoccupations partagées
Un message reçu 5/5 par le Chef de l’Etat qui a promis aux populations pas moins de 50 millions de F CFA (€ 76.225,00) pour l’amélioration des conditions de vie des populations, les femmes et les jeunes surtout. Mieux, la réalisation de la route Yanfolila / Bougouni est désormais inscrite parmi les priorités du gouvernement. "Nous devons tout au Wassoulou. Nous ne pouvons plus nous contenter de dire : je suis du Wassoulou et se limiter à ça. Il faut que nous nous battions pour le développement de cette contrée et l’amélioration des conditions de vie de ses populations. Et cela, nous le pouvons parce que, avec notre succès et toutes nos relations, nous pouvons ouvrir beaucoup de portes aujourd’hui. Nous pouvons mobiliser en faveur du Wassoulou". Comme on le voit, Cièkorobani n’y va pas avec le dos de la cuillère lorsqu’il s’agit d’assener ses quatre vérités. "Je suis compréhensif lorsqu’on m’expose son problème avec sincérité et franchise. Mais, cela ne sert à rien de ménager quelqu’un sur la base du mensonge".

Le goulot de la piraterie
"La musique m’a tout apporté en termes de connaissances et de relations au Mali et à travers le monde. Elle m’a permis de beaucoup voyager et de découvrir plein de choses", reconnaît Yoro Diallo. Malheureusement, son bonheur s’arrête-là parce qu’il n’a jamais bénéficié pleinement des retombées financières de l’immense succès de ses albums. Et cela à cause de la piraterie. "La fin de ce phénomène ne tient qu’aux autorités, surtout au Bureau malien du droit d’auteurs (BUMDA). Si ce service se donne réellement les moyens de jouer pleinement son rôle, les pirates vont se reconvertir dans d’autres activités. Mais, il est difficile de trouver l’aiguille qu’on cache sous ses pieds...".

Bientôt des surprises agréables
A 43 ans, marié et père de deux enfants, Yoro dit n’avoir encore rien montré de son immense talent. Et il promet, certainement en complicité avec Mali K7 SA, plein de surprises agréables à ses fans. N’en déplaisent à ses détracteurs, Cièkorobani est un grand artiste qui a plusieurs cordes à son arc et dont le carquois n’est pas prêt à se vider.
King Moseto

Fiche d'identité

Yoro Diallo

Nom:  Yoro Diallo
Occupation: ARTISTE DU WASSOULOU
Comment faire de la publicité sur Abidjan.net?
Profil au hasard
 NDONGO LÔ

 NDONGO LÔ

Chanteur,

Ce talibé mouride, né en 1975 d’une famille griotte, à la voix puissante et mélodieuse enregistre son premier album "Ndoortel" en 2001. Après une to
Lire biographie...