Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
QUI EST QUI ?
Comment faire de la publicité sur Abidjan.net ?

Accueil
Qui est Qui ?
Nouvelles technologies 
Profil

Nouvelles technologies 

Louis N'KI DIAKITÉ
Administrateur de société
Fiche d'identité

LouisN

Nom: Louis N'KI DIAKITÉ
Occupation: Administrateur de société
Comment faire de la publicité sur Abidjan.net?
Biographie

Après avoir étudié et travaillé en France, Louis Diakité, à l'âge de 32 ans, décide de retourner en Côte d'Ivoire. «Je voulais créer une entreprise en Afrique parce qu'il n'y avait aucune structure informatique qui puisse me donner le même niveau de salaire qu'en Europe», explique le manager. En 1994 naît Afripa Telecom, société de télécommunication présente aujourd'hui dans une quinzaine de pays d'Afrique de l'Ouest et centrale. Pionnière dans l'installation de réseaux de téléphonie mobile au Bénin et au Mali, la société inaugure en Côte d'Ivoire, où se trouve son siège, la transmission de données sans fil par radio. Le manager veut étendre ses réseaux aux principales villes de la Côte d'Ivoire. «Nous sommes en passe d'ouvrir au Burkina-Faso et au Togo, ce qui fera d'Afripa le premier opérateur télécom à être implanté sur toute la sous-région.»

Distinctions et publications

« Faites votre interview immédiatement, ou il sera difficile de "l’attraper" de si tôt ». Ainsi avertissent les collaborateurs de Louis N’Ki Diakité, habitués à ne plus voir souvent la longue silhouette du "patron" au siège abidjanais d’AFRIPA TELECOM, sis immeuble Iroko, en bordure de lagune au Plateau.
Allure "in", costumes sombres rehaussant son teint métissé, Louis Diakité enchaîne rendez vous d’affaires et voyages à travers le monde. Du Congo Brazzaville en pleine reconstruction ( où il investit pour environ un milliard de CFA ) à Johannesburg, en passant par Paris, centre névralgique du groupe, et New York où AFRIPA a installé un hub ultra moderne.


A 44 ans, à coups d’audace, de bonnes stratégies managériales, gros coups publicitaires à l’appui, cet ingénieur ivoirien diplômé de ENSI de Toulouse est en passe de réussir son pari : faire en sorte qu’en matière de transmission de données, les communications entre pays africains et tout ce qui part de la France pour l’Afrique passe par AFRIPA TELECOM.
Pari plutôt osé au départ : moderniser les télécoms, fluidifier les connexions téléphoniques d’un continent très en retard en la matière, où il fut un moment quasiment impossible de joindre Accra de Lomé sans passer par….. Londres !
Les excellents résultats du cellulaire en Afrique donnaient, certes, des raisons de croire en une révolution. Mais l’état des équipements …. Trop lourds, trop obsolètes et trop chers à moderniser sont autant de facteurs négatifs.
Consultant informatique chez Rank Xérox à Paris, puis au groupe Cap Gémini Sogéti, Louis Diakité démissionne et rentre en Afrique investir tout de même dans les télécoms. Il s’installe à Cotonou, au Bénin et crée, en 1994 Africa Productive Association, Afripa SARL, avec un capital de 5 millions de CFA. Les bouclages financiers sont difficiles et il lui arrive d’exporter des noix de cajou pour financer ses opérations.

Les premières stratégies s’avèrent payantes. Aller là où personne ne va, miser à moyen et long terme sur des marchés "pauvres" auxquels personne ne croit. AFRIPA TELECOM finance ainsi à hauteur de 2,7 millions de dollars, un réseau télécoms au Bénin puis fournit en 1998, sur fonds propres, un réseau cellulaire au Niger. Et ça marche !
Louis Diakité obtient dans la foulée une licence en réseau télécoms par satellite dans la région île de France. Un hub qui permet (avec celui de New York) aux clients africains d’AFRIPA d’optimiser leurs télécommunications avec le reste du monde. Le groupe étend ses tentacules au Mali, en Sierra Léone et au Libéria où des contrats de distribution sont signés avec des opérateurs nationaux de télécoms auxquels AFRIPA vend équipements et systèmes clés en main.
Aujourd’hui, les incertitudes sont derrière. Plutôt que sur la téléphonie mobile, le groupe mise gros sur un secteur inexploré mais rentable, la transmission de données, basée sur deux technologies ultra modernes. La diffusion par satellite (via Intelsat) permettant à une entreprise de communiquer avec ses filiales à partir de petites stations terriennes installées dans ses locaux, et la boucle locale radio qui rend possible les communications par ondes locales radio, sans câbles souterrains ni travaux importants.
Réactif et pointilleux sur la qualité des prestations, AFRIPA se veut interlocuteur privilégié des grosses firmes en Afrique. Khuma Corporate, son dernier produit, donne ainsi la possibilité aux entreprises de gérer plus efficacement et minimiser les coûts de communication. Le groupe Ecobank, Africa online le fournisseur d’accès à Internet, Bank of Africa, le réseau américain Western Union sont déjà dans le giron AFRIPA. Seul hic, la facture, un peu salée pour beaucoup de PME africaines. Environ 4 millions de CFA la connexion mensuelle. …


Pour être plus performant et enrôler, ainsi qu’elle l’ambitionne, la grande majorité des 50 premières entreprises du continent, AFRIPA a considérablement élargi sa surface financière. En juin 2000, son capital est ouvert ( 80% des parts de l’entreprise ) à l’américain Titan Corporation, coté au New York Stock Exchange, et qui perçoit 51% des bénéfices réalisés sur chacune des opérations de la compagnie, contre 49% à AFRIPA. Une association stratégique avec la canadienne Téléglobe, permet également à Afripa de toucher un pourcentage sur le coût des télécoms entre le Canada et plusieurs capitales africaines. Le groupe a tout aussi investi le juteux marché de la voix ( téléphonie à l’international via Internet et cartes prépayées notamment ).


Présent dans 17 pays d’Afrique ( Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Libéria, Mali, Niger, Nigéria, Sénégal, Congo Brazza, RDC, Cameroun, Centrafrique, Afrique du sud, etc.) et en France, AFRIPA TELECOM emploie environ 200 personnes et a réalisé 20 millions de dollars d’investissements en 2000. Objectif 2002 : 58 milliards CFA de chiffres d’affaires. Louis Diakité s’est entouré d’une écurie de jeunes conquérants - 35 ans de moyenne d’âge - professionnels du management et de la finance, dont Virginie Dago, 32 ans, première ivoirienne diplômée de Polytechnique. Les nouveaux projets de développement pour l’Afrique ne manquent pas. Toujours aussi osés. Celui, par exemple et entre autres, d’investir 955 millions de dollars dans un projet de téléphonie rurale dans le pays gourma au Burkina Faso.


Une fois réussis les challenges du moment, infrastructures modernes, réseaux nationaux de communication fiable et connectés aux autoroutes de l’information, l’afro optimiste Louis Diakité entend tisser le réseau panafricain de transmission de données dont il rêve en ce moment. Pourquoi pas ?


------------------------------


En 1994, l'ingénieur Louis Diakité crée AFRIPA, une entreprise spécialisée dans les télécommunications par satellite. En 1994, Louis Diakité était seul. Sept ans plus tard, l'entreprise emploie 175 personnes, pour la plupart ingénieurs et techniciens. Elle est implantée dans dix-sept pays. Si ce n'est pas une success story, cela y ressemble beaucoup.
03/08/01 : : " Je reviens de Washington, on vient d'y ouvrir un nouveau bureau ". Pour rencontrer Louis Diakité, PDG d'Afripa, entreprise spécialisée dans les télécommunications par satellite, il faut beaucoup de patience ou planter une tente dans un aéroport. L'ancien étudiant de l'Ecole Nationale Supérieure d'Ingénieurs (ENSI de Toulouse –France.) voyage beaucoup. Son entreprise est implantée dans 17 pays : Afrique du Sud, Bénin, Côte d'Ivoire, Mali, Ghana, Guinée, Congo, Centrafrique, Sénégal, Nigeria, Angola, République Démocratique du Congo, Burkina Faso, Togo, Gabon, Cameroun et France. Le groupe devrait s'implanter prochainement au Niger. Créée en 1998 avec deux personnes, la filiale française compte aujourd'hui 30 salariés.

Ambitions titanesques

Toujours entre deux avions, Louis Diakité croit en l'Afrique. Les raisons ne manquent pas. AFRIPA Télécom a remporté au mois de mars dernier l'appel d'offres pour l'attribution d'une nouvelle licence télécom et GSM au Congo Brazzaville, une licence BLR (boucle locale radio) en Guinée Occidentale (Conakry) et une autre au Niger. Ces trois nouvelles implantations renforcent la place d'AFRIPA Télécom sur le marché des télécommunications en et vers l'Afrique, avec une présence dans 17 pays à travers quatre services : transmission de données par satellite (VSAT), boucle locale radio (BLR), téléphonie mobile (GSM) et téléphonie par Internet (voix sur IP).

" Nous allons nous étendre en Afrique du Nord (Maroc et Tunisie) et vers l'Afrique de l'Est. Nous allons travailler avec nos propres licences ", explique le PDG. Marié et père de quatre enfants, l'ancien intégrateur des systèmes à Télé-globe au Canada n'a jamais pensé à s'installer loin de l'Afrique. " J'aurais tout aussi bien pu rester en France dans ce cas. J'étais très bien payé au cabinet KBMG. Mais j'ai toujours voulu me mettre à mon compte. Je ne voulais pas être salarié ".

Au début était le Bénin

Pourtant les débuts étaient durs. " J'étais tout seul. J'investissais tout mon salaire dans l'entreprise. C'était moi qui faisait vivre l'entreprise et non l'inverse. Les investisseurs n'ont pas cru à mon projet ", se souvient Louis Diakité. Depuis, c'est l'afflux. Le groupe américain Titan s'y engouffre. AFRIPA tisse une toile dans toute l'Afrique. Les ambitions s'affichent clairement. Se développer, se développer et encore se développer. " Nous avons passé le cap de consolidation ", analyse l'ex consultant de Cap Gemini Ernst & Young.

Le véritable décollage a eu lieu quand, encore solitaire, Louis Diakité, a décroché des contrats pour installer des réseaux cellulaires au Bénin, au Mali et au Niger. Le label qualité s'impose. Les pays africains accordent leur confiance à leur enfant. Le chiffre d'affaires explose. Signe de maturité : AFRIPA Télécom, qui a investi 20 millions de dollars pour la seule année 2000, prévoit de réaliser un chiffre d'affaires de 58 millions de dollars US en 2001. La société prévoit de recruter plus de 120 nouveaux collaborateurs en 2001. Un géant africain est né.

------------------------------------------

Téléphonie /Interview Louis Diakité (PDG de Afripa Télécom)
“Côte d’Ivoire-Télécom veut nous enterrer...”


Il y a un peu plus de deux mois, l’agence de télécommunication (ATCI) était accusé d’avoir fermé, par un abus de pouvoir, les cyber-café, clients de Afripa-Télécom. Après les explications du D.G de l’ATCI il y a quelques jours, le PDG de Afripa relève pour sa part les points d’achoppement entre sa société, Côte d’Ivoire Télécom et l’ATCI qu’il accuse de faire le jeu de celles-ci

Une réunion de conciliation était prévue le 19 février avec l’ATCI sous l’égide du CTCI. Elle ne semble pas avoir permis de concilier les positions?

C’est exact. Le point d’achoppement a été la politique tarifaire appliquée à AFRIPA par Côte d’Ivoire Télécom dans le cadre de sa licence de revente de trafic téléphonique. Côte d’Ivoire Télécom a maintenu que seul le tarif public pouvait être appliqué à Afripa Télécom pour le moment. Le constat de cette réunion a donc été la non conciliation des positions vu que ce n’était pas l’intention de Côte d’Ivoire Télécom de faire une conciliation.

Quels étaient en fait vos griefs réels vis-à-vis de l’ATCI?

Nous n’avons pas de griefs directs envers l’ATCI, mais disons qu’au niveau de la voix sur IP, il existe des textes: un de Côte d’Ivoire Télécom qui indique que la téléphonie entre points fixes est un monopole de Côte d’Ivoire Télécom, mais que le service Internet est ouvert à tout public, la transmission de données entre points fixes est ouverte à tout public. Le fait de prendre de la voix, de la mettre sous forme de donnée et de la transférer sous la même forme, c’est-à-dire téléphoner par le biais de Internet n’est pas enfreindre le monopole de Côte d’Ivoire Télécom. D’autant que ce moyen de téléphoner a une qualité de voix bien inférieure à la qualité de la voix transmise de manière normale, telle que faite par Côte d’ Ivoire Télécom. C’est un service qui est libéralisé partout, notamment en Europe. Nous aujourd’hui, nous disons que si ce service ne devait pas faire partie des services libres, il faudrait un arrêté gouvernemental, spécifiant que la voix sur IP est désormais interdite en Côte d’Ivoire. Et alors tout le monde s’y conformera. Sinon, nous demandons que dans le conflit qui oppose à Côte d’Ivoire Télécom qu’une jurisprudence soit faite dans ce cas. Mais à ce jour, la voix sur IP n’est pas une faute par rapport au monopole de Côte d’Ivoire Telecom

Vos clients, notamment les cybercafés, vous font en réalité porter leurs griefs du fait des sanctions qui les frappent…

Oui. Le fait d’interdire à nos clients de faire de la voix sur IP, c’est pénaliser notre activité. Normalement, l’ATCI n’a pas le droit, comme elle l’a fait, de réquisitionner les équipements de cybercafés. Bien sûr, elle dit disposer d’un texte qui lui permet de le faire, mais la saisie des équipements doit se faire par voie d’huissier. Or, pour ce qu’on sait, l’ATCI n’a pas d’huissier en interne, habilité à le faire. Par ailleurs, avant toute saisie légale, il y a une procédure juridique en Côte d’Ivoire, et l’ATCI doit faire une sommation écrite par voie d’huissier au client, lui demandant de se conformer. J’ajoute que l’interprétation de l’ATCI n’est pas souveraine. Ce n’est que l’interprétation d’individus par rapport à un texte donné. Le problème que nous avons ici, c’est que tous les acteurs du milieu de la communication proviennent du vivier de Côte d’Ivoire Télécom. Donc l’interprétation qu’ils font du texte, est tout à fait arbitraire. Or un regulateur est là pour coordonner les actions entre les différents opérateurs, mais son avis n’est pas une loi applicable, il doit être interprété par un organisme juridique. Pour prendre en considération tous les ans, les nôtres comme ceux du CTCI ou l’ATCI et que l’on sache si oui ou non nous voulons le monopole de Côte d’Ivoire Télécom. Je signale que dans tous les pays où il y a eu des procès par rapport à la voix sur IP, l’opérateur à toujours perdu.

Vous objectez que l’ATCI ne s’est appuyé sur aucun texte pour son action, or l’agence évoque un décret de 1998 lui permettant de saisir ces équipements

Oui, mais ce décret ne dit pas, justement, que la voix sur IP est interdite. Il faut un texte qui le dise expressément. Je répète que la transmission de données entre points fixes n’est pas soumise à un monopole. Si vous analysez le contenu que nous transmettons entre un point A et un point B, vous verrez que c’est ce qu’on appelle de la donnée par opposition à la voix. Donc légalement c’est de la donnée que nous transmettons, même si après nous la reconvertissons en voix à l’arrivée.

Si les choses sont si nettement définies pour chaque opérateur, pourquoi la conciliation a-t-elle échoué?

Le conseil des télécommunication de Côte d’Ivoire a demandé à la Côte d’Ivoire Télécom de considérer comme cela se fait partout, un tarif préférentiel à Afripa pour la revente de son trafic international, dans l’exercice de sa licence. Pour que nous puissions signer les accords d’interconnexion, il faut que soit associée une base tarifaire. Car Afripa est un grossiste des télécommunications. Or Côte d’Ivoire Télécom a refusé d’émettre une offre préférentielle pour AFRIPA et nous a traitée de société frauduleuse. Ils disent que nous leur causons des dommages et qu’ils vont en demander réparation. Nous voulons que ce dossier passe devant la justice. Au cours de cette réunion dite de conciliation d’il y a une dizaine de jours, le CTCI a demandé à Côte d’Ivoire Télécom de faire justement cette offre tarifaire préférentielle à notre intention, ce qui nous permettrait de faire de la voix d’une meilleure qualité. L’ATCI pour sa part, s’est alignée sur les positions de Côte d’Ivoire Télécom, notamment par les saisies illégales qu’elle a organisées sur des matériels.

L’ATCI avait il y a un an sommé vos clients de se conformer à la réglementation…

Toujours est-il que l’ATCI n’ayant pas d’huissier en son sein, ne pouvait aller saisir ces matériels. Toute cette histoire se reduit à une concurrence déloyale faite par un opérateur historique qui se dit menacé. Son monopole s’achève bientôt, dans deux ans. Il faut rappeler que cet opérateur a jusqu’à maintenant, réussi à étouffer les concurrents. Il veut faire avec nous ce qu’il a fait avec Publicom, c’est-à-dire vous enterrer. Il avait refusé de donner un tarif préférentiel d’interconnexion à Publicom et cette société est morte. C’est ce qu’on nous réserve aussi. Ce type d’action empêche l’éclosion de sociétés ivoiriennes dans la publiphonie et dans les nouvelles technologies ; elle ne laisse pas la chance aux PME ivoiriennes de s’exprimer. Dans cette bataille, nous avons le soutien de toutes les sociétés ivoiriennes travaillant dans les nouvelles technologies de l’information, dont beaucoup ont été brimées. On peut se demander pourquoi il n’y a pas beaucoup d’AFRIPA Télécom en Côte d’Ivoire. C’est parce qu’il y a une situation de monopole abusif qui empêche cette éclosion. Si AFRIPA peut encore se battre, c’est parce que qu’elle est une multinationale africaine ; sinon Côte d’Ivoire Télécom nous aurait déjà obligée à déposer notre bilan. Notre image est même plus forte à l’étranger que, notre propre pays. Notre spécialité, je le rappelle, c’est la transmission de données. Nous connectons les entreprises entre elles, nous offrons des services Internet et des services voix sous forme de données. Nous faisons donc un réseau intégré: voix, données, images. Notre nom AFRIPA vient de ce que nous voulons créer une synergie africaine: ça signifie donc “African productive association” ou “association des compétences africaines”.


------------

AFRIPA TELECOM : LES PROJETS DE M. LOUIS DIAKITE Le P-dg de la grande société de télécommunication internationale Afripa-Télécom a séjourné la semaine dernière à Conakry. Dans sa valise, ce grand patron a beaucoup de projets pour son pays d'origine. Peu avant son départ, M. Louis N'Kit Diakité a bien voulu répondre à quelques questions, + Investir en Guinée signifie beaucoup pour moi. Moi comme vous l'avez déjà dit, j'ai vu le jour en Guinée et donc je suis sentimentalement attaché à ce pays. Et je souhaite énormément me développer en Guinée. Si l'environnement de la législation le permet, si les lois des télécoms en Guinée le permettent. Si la libéralisation du secteur est effective, nul doute que nous allons faire beaucoup choses en Guinée.

--------------------------------

l’Etat doit actuellement à SOCATEL plus de 7 Milliards FCFA pour une consommation annuelle de 2 milliards FCFA alors que Afripa Telecom Centrafrique et sa filiale Centrafrique Telecom Plus lui doivent plus d’1 milliards FCFA environ au titre de diverses prestations (l’interconnexion au réseau local, et l’utilisation de son réseau international pour les appels à l’étranger). On rappelle que le Président Directeur Général de la société AFRIPA TELECOM, M. Louis DIAKITE, a pris part, vendredi 15 mars 2002, à une assemblée générale extraordinaire des actionnaires de CENTRAFRIQUE TELECOM PLUS (CTP), dont AFRIPA est le principal actionnaire. La culture, un facteur de la paix et de l’intégration sous-régionale A l’issue de cette assemblée générale, M. DIAKITE a tenu un point de presse en compagnie de MM. Augustin YAMANDJAN et Prosper N’DOUBA, respectivement Directeur Général et Président du Conseil d’Administration de la SOCATEL, autre actionnaire de la CTP. « Nous avons aplani nos différences et allons repartir d’un bon pied », a déclaré le patron d’AFRIPA, faisant allusion à un contentieux financier qui a opposé CTP et SOCATEL, courant février dernier. La justice avait ordonné, le 15 février, la saisie du patrimoine de CTP à la demande de la SOCATEL, qui réclamait le règlement d’une dette d’un montant de 1 600 000 000 F CFA. Cette mesure a été levée après le versement par CTP d’une avance de 50 000 000 F CFA. Suite à une procédure de conciliation, le Tribunal de Commerce pris acte « de ce que la CTP doit désormais à la SOCATEL la somme de 950 millions de CFA payable suivant l’échéancier par les deux parties acceptées ». Spécialisée dans la transmission de voix et de données, AFRIPA dispose en Centrafrique d’un réseau local radio et d’un réseau GSM dont le coût est estimé à plus de 5 milliards CFA.

--------------------------------


Les opérateurs titulaires d’une licence de type L.33-1 et/ou L.34-1 (opérateurs fixes)


Afripa Télécom France
38 rue des Jeuneurs
75002 PARIS
Tél : 01 55 34 73 73 - Fax : 01 55 34 73 74

Activité et caractéristiques

Composition du capital social
Capital détenu à 63% par Ivoire Télécom (Luxembourg), à 36,75% par Louis Diakite et 0,25% autres.

Offre grand public :
Service de cartes prépayées commercialisées sous le nom de KHUMA (en préparation)

Offre entreprises :
Service de transmission de données par VSAT - Service de téléphonie voix sur IP disponible début 2001
Couverture géographique

Prévue dans la licence :
L. 34-1 : Territoire métropolitain
L. 33-1 : Région Ile de France
Capacité satellitaire

Au 1er janvier 2001 : Points de présence Paris et Marseille

Service commercial et consommateurs

Responsable : Louis DIAKITE
38 rue des Jeuneurs
75002 PARIS
Tél : 01 55 34 73 73 - Fax 01 55 34 73 74

Fiche d'identité

LouisN

Nom: Louis N'KI DIAKITÉ
Occupation: Administrateur de société
Comment faire de la publicité sur Abidjan.net?
Profil au hasard

 ROKIA TRAORÉ

Chanteuse

En deux albums, Rokia Traoré s’est imposée comme le talent le plus étonnant et le plus précoce d’Afrique de l’Ouest. Bowmboï, son troisième album, qui
Lire biographie...