[cotedivoire/tourisme/centre/banner.htm]
Comment

Accueil
Côte d'Ivoire
Tourisme
Région du centre de la Côte d'Ivoire

[cotedivoire/tourisme/centre/menu_droit.htm]

La région du centre de la Côte d'Ivoire

Bouaké, la plus importante des villes de l'intérieur, est située sur la route reliant la Côte d'Ivoire au Burkina Faso. La majorité des habitants de cette région sont des Baoulé, dont l'histoire est un épisode de la diaspora des Achantis. Lorsque le royaume achanti se stabilisa autour de Kumassi, au Ghana, une fraction de la population, chassée par des dissensions familiales, se regroupa autour de la reine Abla Pokou et vint se fixer au centre de la Côte d'Ivoire. Selon la légende, Pokou et son peuple furent arrêtés dans leur fuite par un fleuve. Pour qu'ils fussent sauvés, l'oracle exigeait un sacrifice : la reine jeta son fils unique dans les eaux infestées de crocodiles. Alors, sur la rive opposée, un grand fromager se coucha pour servir de pont aux fugitifs. Tous purent passer, mais la reine, déchirée, se tourna vers le fleuve et cria : Ba ouli (l'enfant est mort !). Telle serait la tragique origine du nom Baoulés.

Avec la construction du barrage de Kossou, sur le fleuve Bandama, la région s'est transformée. Depuis que ses eaux ont atteint leur niveau définitif, la retenue est trois fois plus vaste que le lac Léman. Cent mille personnes ont d' émigrer pour ne pas être englouties, et c'est essentiellement pour limiter leur exode vers Abidjan que les agglomérations comme Bouaké et Yamoussoukro (ville natale du Président Houphouet-Boigny et capitale du pays avec 88.000 habitants) se sont développées. Autour de ces deux pôles, on a construit des villages, et beaucoup de paysans ont abandonné le travail de la terre pour se faire pêcheurs.

Yamoussoukro est le type même de la ville qui a grandi au rythme des besoins non de sa population, mais de ses promoteurs. Très étendue, elle est quadrillée par un réseau routier moderne, que bordent des milliers de réverbères. Entre les routes et les autoroutes s'étendent de larges espaces vides, d'où surgissent, épars, l'imposante maison du parti, le palais Présidentiel, l'hôtel Président et une mosquée de style maghrébin qui semble faite de dentelle blanche et bleue, et la magnifique basilique Notre Dame de la Paix. Un important centre universitaire, groupant quelque 5000 étudiants, est opérationnel. Le petit lac qui jouxte la résidence du Président offre chaque jour un spectacle original : vers 18 heures, on peut assister au repas des crocodiles sacrés.
Rien ne vous empêche de vous munir d'une ou deux volailles (vivantes !) et de les offrir à ces charmants créatures.

C'est également dans le Centre, près de Daloa, qu'est située la réserve de la Marahoué (101.000 ha), riche en animaux sauvages qu'il faut surprendre au petit matin ou au coucher du soleil. Le circuit de la " boucle de cacao ", que l'on peut rejoindre à Dimbokro, fait passer de la forêt à la savane, dont le tapis de hautes herbes est coupé d'étroites bandes de forêt galerie, le long des marigots. Le palmier-rônier y ponctue l'horizon de bouquets de palmes et surtout de troncs morts, les villageois décapitant le bourgeon terminal pour recueillir la sève qui, une fois fermentée, constitue la véritable boisson nationale : le bangui.








[cotedivoire/tourisme/centre/copyright.htm]