Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
QUI EST QUI ?
Comment faire de la publicité sur Abidjan.net ?

Accueil
Qui est Qui ?
Musique
Profil

Musique

Tartit
Artiste Chanteur Griot
Fiche d'identité

Tartit

Nom:  Tartit
Occupation: Artiste Chanteur Griot
Comment faire de la publicité sur Abidjan.net?
Biographie

Un entretien avec Tartit

Dans la salle de répétition bruxelloise plongée dans la pénombre, les membres du groupe Tartit sont assis en tailleur ou allongés sur le sol. Leurs instruments posés près d`eux. Ces femmes et hommes originaires du désert, dans leurs habits chatoyants, s`expriment surtout en musique. Leur culture touarègue, ils la vivent tout naturellement, que ce soit dans les camps de réfugiés, en exil ou en tournée. La tradition musicale n`est pour les Touaregs ni un métier ni un signe d`exception. Elle est l`identité d`un peuple nomade, qui se revendique libre et sans frontières, "Mama", mariée à un Belge, fait les présentations :
Mama (Walet Amoumine): On est presque toutes de la même famille, on est cousines. On a grandi ensemble. Amanou et Abou sont nos griots. On se connaît bien, on vient presque tous de la même zone, le "cercle de Tombouctou". Le désert. Quand il y a eu la rébellion entre les Touaregs et l`armée malienne, on a été dispersés entre différents camps de réfugiés. Moi je n`ai pas été réfugiée, je vivais déjà ici en Belgique, mais c`est comme si je l`avais été. Tous mes parents étaient réfugiés.
Disco (Fadimata Walett Oumar): Au Burkina Faso, nous avions créé une association de femmes, à l`intérieur du camp de réfugiés. Les femmes devaient s`organiser pour se défendre et pour travailler. Faire de l`artisanat, par exemple. Elles avaient besoin d`aide sur tous les plans. Economique, politique et culturel. Chez les Touaregs, la musique ne s`apprend pas. Tout le monde fait la musique. On prend les instruments et on joue. Dans les campements, tous les enfants et les jeunes se rencontrent dans les ruelles. On chante, on danse. Cachés derrière un arbre ou un peu en retrait, les jeunes écoutent les grandes personnes. Ensuite, ils répètent ce qu`ils ont entendu, en essayant de faire la même chose. Au camp de réfugiés, une Belge nous a proposé de participer au Festival "Voix de Femmes" à Liège. Est-ce qu`on pourrait former un groupe de femmes?. On a dit "Pas de problème". Chez nous il n`y a jamais un groupe organisé qui est là en permanence. J`ai pensé réunir des femmes autour de Amanou, notre griot, avec qui j`avais déjà fait de la musique. On a demandé à Amanou de chercher une chanteuse pour l`accompagner et c`est comme ça que Amanou a amené Arahmat avec lui. Moi j`ai une cousine en Belgique qui sait tout ce que moi je sais faire.
On a fait l`enfance ensemble, on a toujours dansé dans les fêtes. J`ai proposé qu`on l`intègre au groupe. C`est comme ça que "Mama" s`est jointe à nous et que Tartit s`est formé en Belgique.
On a joué au Festival "Voix de Femmes" et depuis on a bien travaillé ...

Il y a t`il une différence entre la musique faite par les femmes et celle des hommes ?
Disco: En réalité, c`est la même musique, seuls les instruments diffèrent. Il y a ceux des hommes et ceux des femmes. Le tambour tindé et la vièle imzad, ce sont les femmes qui en jouent. Mais actuellement, il y a des hommes qui jouent du tindé. Avant, seules les femmes pouvaient en jouer, Le luth tehardent est réservé aux aggouten, les griots. Ils se le transmettent oralement, dans la lignée familiale, C`est notre culture. Quand on joue ensemble, hommes et femmes s`accompagnent mutuellement.


Qu`est ce qu`un griot ?
Amanou, le griot : Dans la société touarègue, tout est organisé. Chaque personne a son rôle, les griots, appelés aggouten chez les nomades, sont issus de là caste des forgerons. L`instrument du griot, c`est le tehardent. Un proverbe touareg dit "le sel ne dit pas qu`il est salé", c`est à dire qu`on n`a pas le droit de parler de soi-même. Ce sont les autres qui disent si tu es bon ou mauvais. C`est le rôle des griots.
Ils décrivent ce qui se passe, ils parlent aux hommes, ils leur donnent du courage, ils parlent de ceux qui font du bien et de ceux qui font du mal. Ils sont les gardiens de la tradition musicale mais historique aussi parce qu`ils connaissent l`histoire de nos grands-parents, de père en fils, jusqu`à la génération actuelle. L`histoire est transmise par les griots dans les contes. C`est rare, un griot qui chante. Il parle, tout est dans la parole. Même si le griot n`a pas son instrument, le tehardent, il a sa bouche. Il parle à l`occasion des fêtes mais il peut aussi venir chez toi, jouer du tehardent et te raconter la vie de tes grands-parents.

Quel rôle joue la musique dans votre société ?
Mama et Disco répondent : La musique accompagne les jours de fête, de Ramadan, les mariages, les baptêmes, les divorces aussi. Chez nous, quand une femme est divorcée, on fait une grande fête en son honneur. C`est vrai! Le divorce, c`est comme prendre de l`eau et la verser. Le man te dit "sors!" et ça veut dire que tu es divorcée. On fait. une grande fête après 3 mois. il peut regretter entre temps et la faire revenir.

De quoi parlent vos chansons ?
Disco : On chante la paix, l`amour, l`exil. On chante aussi l`union des Touaregs, des chansons politiques, engagées. On compose aussi nous-mêmes des chansons qui ne font pas partie du répertoire traditionnel.

Comment composez vous ?
Disco : Ca me vient du tac au tac. Je dis une phrase, "tout le monde peut être réuni" Amanou dit une deuxième, un autre enchaîne, on voit ensemble ce qui est bon, et on prend.

Tu te considères comme une chanteuse ?
Disco : Non, je ne veux même pas être une chanteuse, je suis simplement une porteuse de ma tradition.
Arahmat, la joueuse d`imzad: Quand j`étais très jeune, j`écoutais les femmes jouer l`imzad et ça me plaisait tellement que je me suis mise à fabriquer moi-même des petits imzad. Je prenais l`écorce d`un arbre, je mettais un bâton et des morceaux de tissu et j`essayais jusqu`à ce que ça sonne juste. Toute seule. Dans ma famille, personne ne jouait du violon. Comme mon père a vu que j`avais envie d`apprendre, il m`a conseillé d`attendre les moments calmes de la nuit, quand personne ne parle. Il m`a dit de profiter du silence pour apprendre, pour connaître les chansons, pour former des choses dans la tête. J`ai joué seule jusqu`au jour où Amanou m`a rencontrée dans le camp de réfugiés.

Qui joue du tindé ?
Disco : Toutes les femmes qui en ont envie. Moi j`ai appris quand j`étais toute petite, avec une servante de chez nous. Elle me mettait sur ses jambes et moi j`aimais beaucoup être assise là pendant qu`elle jouait du tindé. J`ai appris comme ça le rythme qu`elle faisait. J`ai l`impression de le jouer depuis toujours. J`aimais aussi beaucoup chanter et danser. C`est pour ça qu`on m`a surnommée Disco.

Vous apprenez la musique à vos enfants ?
Disco : Non, nos enfants sont libres. La petite est en train de jouer tout le temps le tindé, elle est libre!. Moi, je ne lui apprendrai rien du tout. Dans ce domaine, elle fera ce qu`elle voudra. D`ailleurs ma mère ne voulait même pas que je chante, ça c`est vrai. A la maison je passais tout mon temps à chanter. Dès que je rentrais de l`école, je déposais mon sac, je me mettais la tête en bas et les pieds en haut et je commençais à chanter. Au début des "Tartit", je devais chanter toutes les chansons accompagnant le tindé. Je me considérais incompétente alors j`ai cherché une vraie chanteuse, quelqu`un qui a une belle voix. Quelqu`un m`a parlé de Fatma. Quand je suis arrivée cher elle, Fatma m`a dit, "non, ce n`est pas possible!". Elle ne voulait pas partir de chez elle. Après, je suis revenue à la charge et elle m`a promis de demander l`autorisation à son mari. C`est son mari qui a accepté qu`elle vienne.
Fatma : Je n`avais Jamais voyagé, j`avais peur. Je suis habituée à rester dans ma famille, parmi les miens, et de chanter pour eux.
On a tous peur de tout ce qu`on ne connaît pas. J`ai compris que ça ne me fera pas de mal, que ça ne m`apportera que du bien. Voyager, chanter, gagner de l`argent.
Disco : Il faut l`accord du mari pour pouvoir partir. Moi j`ai eu beaucoup de problèmes à convaincre le mien. La première fois, je suis partie avec son accord, les autres fois il ne voulait p!us, il refusait. il n`a pas envie que je voyage tout le temps. Moi, je ne me laisse pas faire.
C`est ce qui t`a donné envie de faire quelque chose pour les femmes ?
Disco: Je ne sais pas, je suis née avec cette envie. J`ai commencé à travailler à l`UNICEF comme animatrice, où je n`al fait qu`aider des femmes et des enfants. C`est parti de là. Notre association s`occupe de femmes touarègues. Il faut les aider, elles sont très vulnérables dans notre société. Elles ne travaillent pas, elles n`ont pas été à l`école, elles ne savent rien faire. Ce sont elles, les mamans des enfants. Souvent, les maris s`en vont et laissent la femme et les enfants. Ou bien, il te divorce tout de suite et te laisse les enfants. La femme doit nourrir ses enfants. L`homme, il s`en fout, lui s`en va. Souvent à la guerre, dans les rébellions ou dans un voyage lointain. La femme n`a qu`à se débrouiller. Abou est mon adjoint. Il s`occupe de la coordination des associations de femmes au Nord du Mali.
Ce n`est pas un travail où l`on gagne, on est bénévoles. On aide la société.
Abou, le second griot : Si le projet trouve un financement auprès des ONG, je suis payé. Sinon, non. En brousse, je vis avec les animaux. Je vis de l`élevage. Je suis un berger, je chante avec mes animaux. Je possède des vaches, des moutons et des chèvres.
Le lait on le boit. La viande, on la mange, le beurre, on l`utilise. On vend les animaux pour payer du grain et des habits neufs une fois par an. Et des chaussures, du sucre, des choses comme ça. Les petits besoins de la famille. Je suis nomade. Nomadisme, chez nous, c`est en fonction des animaux. Si tu n`as pas un animal, tu ne vas nulle part. tu te planques quelque part et tu restes là, tu cherches à vivre. C`est à cause des animaux qu`on fait du nomadisme. Il faut toujours chercher un nouveau pâturage, un nouveau terrain pour les animaux. On ne peut pas compter combien de fois par an je bouge. Le désert n`a pas de frontières. Nomade, c`est sans frontières. On déménage après un jour ou deux, parfois un mois, mais c`est le maximum. Avec toute la famille.

Et toi, Mama, comment est ta vie à Wepion, par rapport à avant ?
Mama : C`est différent, tu vois bien. Ca fait 7 ans que j`ai quitté ma vie touarègue et je retourne chaque année au Mali. J`ai gardé ma culture. Ca fait 7 ans que je suis là mais rien n`a changé. Je garde ma culture dans mon coeur. Je sais que je suis Touarègue.
Disco : Seulement, elle ne déménage pas dans la maison.
Marna : La maison ne déménage pas parce que c`est pas une tente. Si c`était une tente, je serais chaque soir dans un autre jardin.
Je suis tellement nomade, que dans ma chambre, je déménage chaque jour mon lit. Tu trouves le lit aujourd`hui ici, tu vas le trouver demain là-bas, Ca m`énerve que ce soit toujours dans la même position. C`est pas du désordre, c`est toujours bien rangé. J`ai grandi dans le désert.
Disco et Marna, en rigolant : Allez, Amanou, parle de ta vie de nomade.
Amanou : Je suis nomade depuis ma naissance. Même en tournée, maintenant, je fais du nomadisme. Que je déménage ou que je reste sur place, ma musique est dans ma tête. Dans mon esprit. Mais de mon instrument, le tehardent, je n`en joue pas à n`importe qui. Seulement à des personnes très importantes. Ce sont celles que mes parents considéraient comme des "personnes vénérables". J`ai appris mon répertoire avec mes parents.
Interview : Marta Bergman

Fiche d'identité

Tartit

Nom:  Tartit
Occupation: Artiste Chanteur Griot
Comment faire de la publicité sur Abidjan.net?
Profil au hasard
Sylvie  FOFANA

Sylvie  FOFANA

Présidente de l`Association des salariés du particulier employeur de Côte d`Ivoire

Sylvie Fofana est la présidente de l`Association des salariés du particulier employeur de Côte d`Ivoire
Lire biographie...