[cotedivoire/religion/banner.htm]
Comment

Accueil
Côte d'Ivoire
Religions

[cotedivoire/religion/menu_droit.htm]

Parmi ses voisins francophones, la Côte d'Ivoire a toujours encouragé la liberté religieuse de son peuple. Cette attitude explique probablement le fait que le peuple ivoirien soit profondément religieux. Bien que 13% du peuple déclare n'appartenir à aucune religion, le reste de la population a des pratiques et croyances beaucoup plus fermes. L'Islam et le Christianisme qui composaient respectivement 23% et 12 % de la population, composent aujourd'hui 38.7% et 31% respectivement. Les animistes qui représentaient 65% de la population constituent encore la majorité malgré la croissance récentes de l'Islam et du Christianisme.

Au début du siècle, on reprochait surtout aux chrétiens d'être blancs. A l'heure actuelle ce reproche n'a plus aucune raison d'être, car il existe maintenant un clergé africain qui forme une entité dynamique et redynamise à sa façon l'enseignement du Christ, en attirant de nouveau les jeunes vers la religion. En 1914-1915, les prêcheurs du prophète Harris du Liberia ont conduit plus de 120,000 habitants des côtes, hors du fétichisme. (Raison pour laquelle il a été surnommé "le prophète des lagunes") Entre 1927 et aujourd'hui, de nombreuses églises évangéliques ont fait leur apparition. La plupart d'entre elles s'étaient concentrées dans des régions particulières, comme l'Agence et Mission Chrétienne apparue en 1927 qui s'est concentrée sur les Baoulés du centre. Malgré leur apparition très récente, les Assemblées de Dieu ont déjà établi de nombreuses églises à Abidjan et à travers le pays. Parallèlement aux agences évangéliques, on note aussi la croissance d'une force missionnaire La plupart de ces missionnaires servent particulièrement les ministères internationaux., et 20% des missions appartiennent à des agences africaines ou dénomination des pays voisins. On note aussi une tendance nouvelle à la prolifération des sectes ou démembrement du christianisme. Parmi elles, "Les soldats de Dieu", "Les assemblées de Dieu" et les "témoins de Jehovah" représentent un échantillonnage significatif. La construction de la somptueuse Basilique Notre Dame de la Paix à Yamoussoukro et celle de la cathédrale Saint Paul d'Abidjan, sans oublier la visite très remarquée du Pape Jean Paul II en 1991, ont certainement contribué à donner un nouvel essor au christianisme en Côte d'Ivoire.

Mais malgré ce regain d'intérêt pour le Christianisme, cette religion ne reste encore qu'en troisième position avec 31 % de pratiquants. L'Islam lui aussi conserve sa seconde position avec ses 38.7% fidèles. Bien moins puissant que dans les pays du Sahel, l'Islam représente en Côte d'Ivoire une force non négligeable avec environ 38.7 % de fidèles. Dans toutes les villes on compte une ou plusieurs mosquées et Bondoukou avec ses 32 mosquées se présente comme le haut lieu de l'Islam en Côte d'Ivoire. En effet, la moitié nord du pays est majoritairement musulmane. Toutefois, les pratiques islamiques se remarquent aussi bien dans le sud, que dans le nord, car traditionnellement, les commerçants Dioulas, musulmans depuis plusieurs siècles, se sont fixés un peu partout au cours de leurs voyages. Particulièrement bien organisée en Côte d'Ivoire, la religion islamique dispose de toute une hiérarchie, chapeautée par le Conseil Supérieur Islamique, qui statue et décide sur tout ce qui est affaire du culte. Cette hiérarchie permet d'identifier les musulmans Ivoiriens comme musulmans sunnites et non chiites (que sont la majorité des Libanais peuplant le pays). Les musulmans présentent aussi de l'ordre et de l'organisation au travers la pratique de leurs rigoureuses obligations religieuses. Cela se remarque surtout lors des heures de prières, qui sont scrupuleusement respectées, quelque soit le lieu où le croyant se trouve. Tout comme chez les chrétiens les lieux de prières ont de l'influence sur l'intérêt porté à la religion. La construction, actuellement en cours, de la grande Mosquée du Plateau à Abidjan, permettra aux musulmans de ce quartier d'Abidjan, d'avoir un lieu de prière. Malgré la diversité des sites religieux sur l'étendue du territoire on peut constater que ce n'est pas la quantité ou la beauté des sites qui fera la quantité ou la qualité du pratiquant chrétien ou musulman. En effet, en terme de quantité, le peuple ivoirien constitue une majorité animiste.

Comme on peut le constater en Côte d'Ivoire, les religions traditionnelles africaines, que l'on classe d'une manière générale, comme animistes, sont restées majoritaires, résistant depuis plus d'un siècle à la poussée des Marabouts musulmans et des missionnaires blancs, chrétiens. Contrairement aux idées véhiculées, les animistes ne sont pas polythéistes, mais monothéistes. Ils croient en un dieu unique, qu'ils pensent très loin de toutes ses créations. Toutefois, considérant que l'intervention de ce dieu est indispensable pour l'obtention d'un certain nombre de bienfaits (pluies abondantes, récoltes importantes, guérison des maladies), les hommes ont décidé de s'adresser à des divinités subalternes (génies-ancêtres) s'incarnant à travers des objets divers (statuettes, fétiches, etc...), celles-ci serviront d'intermédiaires et plaideront leur cause auprès de leur dieu. Cependant, pour obtenir ces grâces, les hommes doivent respecter un certain nombre de rites à base de sacrifices et de libations. Ce qui donne lieu à de nombreuses cérémonies plus ou moins secrètes ou le divin s'apparente souvent à l'occulte. Bien qu'elles sont souvent attaquées et décriées, les religions animistes n'en restent pas moins majoritaires et largement pratiquées en Côte d'Ivoire par la population.

En dépit de ces divergences religieuses sur toute l'étendue du pays ,l'on constate l'excellence des relations entre les différentes communautés religieuses, lesquelles vivent en parfaite harmonie, chacune n'hésitant pas, chaque fois que cela est possible, à marquer de sa présence les cérémonies importantes des autres. Il est à noter, que la Côte d'Ivoire dans toute l'Afrique de l'Ouest est la seule Nation à avoir mis en place, un Ministère des cultes, qui ne ménage pas ses efforts pour maintenir des rapports harmonieux entre les croyants de toutes confessions




[cotedivoire/religion/copyright.htm]